De l’estran à l’assiette : exemples de l’exploitation des invertébrés marins et terrestres par les populations monastiques au Moyen Âge et à l’époque moderne

Créateur

Identifiant

Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest

Référence

127, 1

Date de création

2020

Format

p. 83-114

Résumé

Les établissements monastiques, du fait de l’observance de la règle, sont des lieux de consommation privilégiés des ressources halieutiques. Les invertébrés marins, considérés au Moyen Âge comme des poissons, ont alors pu représenter pour les communautés littorales un apport significatif à leur régime alimentaire. Cet article s’appuie sur l’étude de trois sites en particulier : l’abbaye de Landévennec et les prieurés de Charron et de Saint-Vivien. Les résultats des études archéomalacologiques y sont mis en regard des sources textuelles disponibles pour la période. Nous abordons tout d’abord la question des modes de collecte, des territoires exploités, puis les techniques employées et le choix des espèces consommées. Ensuite, nous nous intéressons au point central de cet article, soit les modes de consommation de ces invertébrés marins, en nous attardant en particulier sur les huîtres plates, les moules et les patelles, mais aussi terrestres, avec un focus sur les escargots. Enfin, la dernière partie aborde un usage méconnu des coquilles : leur réemploi en tant que matériau.

A d'autres versions

Type

Article dans une revue